«

»

J’y vais, j’y vais pas …!!!

Le 17 juin dernier, un jeune écureuil agonisant a été retrouvé au pied d’un arbre à Wolxheim dans le Bas-Rhin. Affaibli et légèrement blessé suite à sa chute, il est acheminé très rapidement par son découvreur jusqu’au GORNA. A son arrivée, il ne pèse que 71g et commence à peine à ouvrir les yeux. Dans un premier temps, il sera donc nourri au biberon avec une alimentation particulièrement adaptée aux écureuils. (Rappel : pas de lait de vache ou maternisé pour chiots ou chatons)

Un des derniers biberons

Un des derniers biberons

 

Puis progressivement, de la nourriture plus consistante et variée lui sera donné en complément. Dès son sevrage, il a été placé dans un vaste box d’isolement, spécialement aménagé pour cet espèce, où il a pu développer sa motricité, son agilité et acquérir sa relative indépendance.

 

Puis la transition avec de la nourriture variée et équilibrée

Puis la transition avec de la nourriture variée et équilibrée

 

Après plus de 1 mois de soins attentifs, le moment de retrouver la liberté est arrivé. Pour ne pas laisser l’écureuil sans ressources et sans protection après son relâcher, le GORNA utilise la technique d’émancipation progressive dite du « taquet ». C’est une méthode qui est indispensable pour garantir une parfaite réintégration dans le milieu naturel.

Nous avons voulu partager avec vous notre plaisir lors du relâcher de cet écureuil. La vidéo aura nécessité plus de 4h de tournage ininterrompu. Un résumé de 2 min 40 vous est proposé en cliquant sur l’image ci-dessous. Les nombreuses hésitations de l’écureuil à rejoindre son habitat naturel (bien visible sur la vidéo) illustre parfaitement l’importance d’effectuer un relâcher progressif. C’est l’animal qui choisit le moment où il veut sortir et qui décidera du temps nécessaire qu’il lui faudra (de quelques heures à plusieurs jours) à quitter définitivement le lieu où il a été élevé.

Bon visionnage !!