Revenir à FAQ

Dois-je venir en aide aux faons que je trouve en forêt?

Chaque année, la période de la cueillette du muguet attire un grand nombre de personnes en forêt. Il arrive fréquemment que des promeneurs se trouvent face à un faon qui (leur) semble abandonné par sa mère. Certains le récupèreront croyant faire une bonne action alors qu’en réalité ils compromettent gravement les chances de survie de l’animal.

Un faon seul n’est pas abandonné

Durant les premiers mois de la vie d’un faon, celui-ci n’accompagne sa mère que pendant de courts moments. La mère va l’inciter à se coucher et à rester immobile pendant de longues heures afin de ne pas attirer l’attention des prédateurs. Celle-ci ne retournera vers lui que le temps d’un allaitement et d’un nettoyage pour le laisser à nouveau seul le reste de la journée.

Le « syndrome de Bambi » est un terme couramment utilisé au GORNA pour décrire l’attitude des promeneurs qui découvrent un faon qu’ils pensent abandonné. Attendri et aveuglés par la fausse image d’un orphelin sans défense, ils vont le ramener chez eux et chercher à s’en occuper. Les plus responsables d’entre eux contacteront des associations pour savoir comment agir et auront pour réponse que la meilleure chose à faire est de replacer le faon sur le lieu de découverte.

Les plus irréfléchis auront attendu que l’irréparable se soit produit avant de se renseigner. Ce n’est qu’au moment où le faon commencera à montrer des signes de faiblesse et de diarrhée pour cause de mauvaise alimentation (le cas typique est le lait de vache, mortel pour la plupart des jeunes mammifères) qu’ils décideront de prendre leur téléphone. D’autres encore auront réussi à nourrir l’animal correctement. Mais les conséquences peuvent devenir extrêmement graves. En plus des problèmes liés à l’espace nécessaire, l’animal élevé par la main de l’homme sera imprégné, c’est-à-dire qu’il ne craindra plus l’homme et le considèrera comme un rival à la maturité sexuelle. Des personnes ont été grièvement blessées ou sont décédées suite à l’agression du cervidé qu’ils avaient eux-mêmes nourri. Un animal imprégné ne peut en aucun cas être relâché car il constitue un danger potentiel pour tous les êtres humains.

De plus, le code de l’environnement stipule que le ramassage injustifié d’un faon est considéré comme un acte de braconnage. Toute personne transportant une espèce protégée risque une forte amende.

La meilleure attitude à tenir est donc de ne pas toucher l’animal et de passer son chemin.